Afghanistan : extraits de cd

Mon ami, tu pourrais trouver les plus jolies métaphores, des alliances de mots si savoureuses qu’elles te donneraient l’impression d’être parfumées, que jamais tu ne parviendrais à décrire ce que provoque en moi la musique traditionnelle Afghane.

Ramène tes amis poètes, elle les soumettra les uns après les autres. Même le grand Rumi a écrit sur le rubab : ses vers te décrivent la recette et les ingrédients de ton plat préféré … mais vois donc l’écart avec le moment où tu y goûtes enfin. Et ce n’est pas faire injure à la beauté des poèmes de Mevlana que de parler ainsi.

C’est dit, la musique Afghane est la plus belle du monde.

Après ma femme bien sûr ;), pardonne-moi d’être subjectif.

Ci-après vous écouterez donc 2 perles que j’ai choisies pour une fois sur cd. J’avais acheté le premier lors d’une vente organisée par l’association Afrane dans ses locaux parisiens, il y a plus de 10 ans.

Au début des années 2000, les rééditions ou les parutions de musique Afghane s’enchaînaient et même les concerts. C’est donc l’extrait d’un live à Paris qui vous est proposé. Je n’ai jamais entendu d’autre version de ce titre et celle-ci est tellement fabuleuse que je ne suis pas sûr d’en avoir envie. Au niveau des instruments, formation classique: Rubab/tabla/harmonium/chant.

Puis un extrait d’une compilation sortie au profit des radios indépendantes Afghanes et que l’on peut commander pour la modique somme de 5 €, toujours auprès de l’association Afrane: http://www.afrane.org/nous-soutenir/shop/

Le chanteur vient de Takhar, une région du nord du pays et s’appelle Tela Muhammad Chocha. Il accompagne son chant au Ghijak tandis qu’un de ses collègues tape le zerbaghali (du moins je pense que c’est ce tambour qu’on entend). C’est magnifique.

Bonne écoute.

Sinya

Afghanistan – Music from the crossroad of Asia (extrait)

Afghanistan - Music from the Crossroads of Asia - front

Je ne sais pas si c’est en raison de l’approche de la journée de la femme, mais je me fais romantique ce soir, et à l’écoute du titre que je vous propose ici, je constate une chose: si avec votre conjoint vous vous entendez aussi bien que le duo d’interprètes formé par Setara Nahid et Musa Kasimi, alors vos enfants pourront dire plus tard qu’ils ont été les témoins de l’Amour!

D’autres morceaux de ce vinyle sont magnifiques, procurez-vous le les yeux fermés on peut le trouver à bas prix!

Et un petit bonus pour la route, en provenance de Herat, enregistré sur la télévision nationale Afghane il y a plus de 30 ans! Ce titre ne figure pas sur le vinyle mentionné ci-dessus.

Bonne écoute!

Sinya

Chant Pachtoun – Musiques classiques et populaires d’Afghanistan (extrait)

pochette musiques classiques et populaires Afghanistan

Question musique Afghane, j’ai toujours eu un faible pour le style Herati mais ce soir c’est un titre interprété par un ensemble Pachtoun, avec un jeune chanteur de 17 ans que je vous propose.

Je suis tombé sur ce vinyle consacré à l’Afghanistan, extrait de la collection “anthologie de la musique des peuples” il y a une dizaine d’années. En France, on a la chance d’avoir toujours eu de sacrées collections consacrées aux musiques du monde (Ocora, Inédit, etc…). Les enregistrements du disque ci-dessus s’étalent de 1971 à 1973.

Le musicien OUzbèke qui sourit sur la pochette s’appelle Ghaffar Khan, on le retrouve sur tout un tas d’enregistrements effectués dans les années 60/70 dans le pays, dont la plupart ont été réédités en cd. Nous aurons l’occasion de l’écouter une autre fois.

Je laisse place à la musique avec la voix plaintive de Mohammed Shah sur le morceau “Tokan na ko”.

Sinya

45 tours – Folklore Persan et Afghan (extrait)

Folklore Persan et Afghan

Je me rends compte avec effarement qu’aucun titre de musique Afghane n’a encore été publié sur le blog de Sinya!

Occupons-nous de réparer cet oubli dès ce soir avec une petite rareté, un extrait d’un 45 tours longue durée que j’avais déniché je ne sais où, avec une face de musique Iranienne et l’autre Afghane.

On est ici dans la pure musique populaire:

Voici un extrait du texte qu’on peut entendre dans le morceau :

” Ses bras sont remplis de fleurs, et de son jardin elle les offre au passant.

Et chaque jour elle se rend dans les champs.

Jolie fleur qui vit sur cette colline, à qui seras-tu demain?

Aussi, je te cueille aujourd’hui”

C’est court mais je vous rassure, on s’intéressera plus longuement au sujet prochainement.

Parce que soyons clair : la musique Afghane est la meilleure du monde! 😉

Sinya

Rubab of Kashmir – Pakistani Music

pochette du vinyle

Vinyle “rubab of Kashmir”

Je me souviens très bien de la première fois où j’ai écouté le titre que je vous propose en écoute aujourd’hui, extrait du disque ci-dessus. Je revenais de Chartres, je ne sais plus ce que j’étais parti y faire. Je devais rejoindre celle qui deviendrait ma femme à Evreux. Ça roulait, c’est le cas de le dire. J’avais le vent dans le dos et le sourire figé sur les lèvres.

Quelques jours avant j’avais emprunté un cd de musique Pakistanaise à la médiathèque et comme mon autoradio ne lisait alors que des k7, j’en avais fait une copie que j’étais en train de découvrir en voiture. Il s’agissait en fait d’une réédition sur cd du vinyle dont la pochette est en tête d’article, enregistré en 1981 et édité au Japon. J’ai la chance d’être tombé sur ce vinyle dernièrement. C’est fou d’ailleurs cette manie que j’ai de tomber sur de bons vinyles :).

En tant que gros fan de rubab afghan, le début de la k7 me laissait un peu sur ma faim, je trouvais que ça manquait un peu de dynamisme. Puis arriva un morceau qui me mit une tarte phénoménale. A défaut de dynamique, il y avait une poésie pas croyable dans le titre et la façon d’amener la mélodie principale en début de morceau était d’une souplesse qui faisait plaisir à entendre.

Le morceau est interprété par Mohamad Subhan Rathore au rubab et Abdul Ghani au tumbaknari (petit tambour local, proche du zerbaghali).

Çà s’appelle “my lover’s beauty”.

J’allais rejoindre ma femme je vous dis 😉

Je vous laisse écouter:

Sinya