Sheikh Ahmad Al Tuni – extrait de k7 (face A)

Sheikh Ahmad Al Tuni

On devait être en 2004, ou début 2005. Dans la salle de la Comédie de Reims, on pouvait parfois profiter de sacrés concerts. J’y avais notamment vu Sapho une fois, accompagnée de musiciens Gnawa. Puis une autre fois, Ustad Golam Hussein, un maître du rubab Afghan. Mais par cette soirée d’hiver, c’est le Sheikh Ahmad Al Tuni que j’étais venu applaudir, accompagné de ma soeur et de mon pote Manu.

Ce fut un concert mémorable. Le Sheikh arriva sur scène avec son chapelet dans une main et une petite cuillère à café dans l’autre. Tous ses musiciens étaient en cercle au fond de la scène et lui se mettait tout près du public. Après de longues invocations, son corps se mettait soudain à s’agiter et le voilà qui tournait sur la scène en chantant et en tapant sa cuillère contre un verre. Les musiciens (principalement flûte, derboukas et autres percussions) choisissaient ce moment pour rentrer dans la partie. Quel grand moment! Les morceaux duraient au moins 20 /25 minutes. Nous étions assis sagement au début et debout à la fin, quasiment en transe à secouer frénétiquement la tête.

Une fois dehors après le concert, l’un des musiciens vint nous voir en douce sur le parvis. Il voulait nous vendre des k7 et on ne se fit pas prier. Je vous en propose la face A aujourd’hui. La différence principale avec le concert auquel j’ai assisté réside dans le fait qu’il n’y pas d’invocations sur cette k7, on rentre directement dans le vif du sujet.

J’ai appris dernièrement que le Sheikh avait rendu l’âme cette année. Que la Paix soit sur lui.

Nous ne le verrons pas chanter dans un autre film de Tony Gatlif, mais nous continuerons à apprécier cette k7 au son bancal en son souvenir.

Bonne écoute

 Sinya

Advertisements